La plus importante coopérative linière de Saint Pierre  de Vigier ( seine maritime) nous a ouvert ses portes 

 Une petite escapade pour comprendre la façon de  travailler ces tiges de lin si délicates 

IMGP4149

Dés juin le bleu des champs de lin est surprenant

IMGP4077

Le rouissage se fait à même le sol.

Le principe du rouissage, c’est l’action combinée de l’air, de l’humidité et de micro-organismes permettant une décomposition qui détache le bois des fibres textiles. 

IMGP4136

Dans un premier temps, le broyage brise la tige centrale par  petits fragments appelés « anas »

IMGP4144

 puis le battage élimine les anas de la filasse

IMGP4145

De longs brins de 60 à 90 centimètres sont extraits pour fabriquer de beaux tissus en pur lin ou mélange.

IMGP4146

Cela s’appelle le lin teillé 

IMGP4152

IMGP4155

IMGP4156

 

Le peigne  qui va donner au lin ce bel aspect soyeux 

IMGP4158 

En vrac ou en ruban

IMGP4160

 

« Tout se récupère »,

aime à dire le linier (celui qui transforme le lin).

Ainsi les étoupes (les brins plus courts) serviront aux tissus grossiers ou à la corderie. les anas, les déchets de bois, deviendront des panneaux d’agglomérés, et les graines produiront huile, peinture, vernis

lin

 Merci pour cette visite très instructive , nous qui ne connaissions pas du tout la façon dont le lin était travaillé ,.

Nous allons avoir plus de courage pour piquer  cette noble matière

IMGP4076