Histoire de... lin

lin

Le fleuron des armoires de nos grand-mères étaient ces draps de lin merveilleusement brodées et fleurant bon la lavande, ces torchons réservés exclusivement à l’argenterie et les verres en cristal.

Tombé en désuétude dans notre quotidien, il y revient en force, non seulement dans le domaine du linge mais dans notre garde-robe : chemises, robes, costumes…

Le lin textile, de son nom scientifique  "Linus usitatissimum L.," est une plante annuelle des régions
tempérées. Sa fleur est bleue et la floraison est éphémère.
Le lin donne des fibres longues de plusieurs dizaines de centimètres légères, rigides et résistantes.
Celles du coton et du chanvre sont courtes, celles de la laine moyennes.


Le lin cultivé, originaire du Moyen Orient, apparaît comme la plus ancienne fibre connue et tissée.

Il y a plus de 7 000 ans, les communautés néolithiques le cultivaient et, en France, des
fragments de toile et d’outils liés à cette activité sont connues et datent de plusieurs millénaires.
En Egypte, son utilisation se développe pour confectionner vêtements, tissus, voiles, cordages, filets.

Les graines étaient consommées pour leur valeur nutritive.

Les phéniciens, grands navigateurs, furent les premiers exportateurs de lin et l’introduisirent dans de nombreux pays.
En France, Charlemagne développe cet artisanat et son utilisation s’y  généralise à partir du XIe siècle.

Son apogée a lieu au XVIIe siècle avec la fabrication des toiles de Cambrai, des dentelles, des vêtements, du linge...

L’édit de Nantes provoque le départ des liniculteurs huguenots et de leur savoir-faire vers l’Irlande, la Suisse, les Pays-Bas.
Puis l’importation du coton réduit l’usage du lin.
Le déclin s’accentue, les surfaces cultivées n’étant pas assez importantes pour l’industrie.
Après la seconde guerre mondiale, des liniculteurs belges relancent cette culture en France.

Actuellement, les surfaces cultivées en Picardie, Normandie, Bretagne et Pas-de-Calais couvrent 67 688 ha et produisent 100 000 tonnes de fibres longues de lin mettant la France au premier rang des producteurs dans le monde.

lin1

La qualité des fibres en est la meilleure.

 La culture du lin est extrêmement délicate et requiert une attention de chaque instant afin d’obtenir de longues fibres.
Nous pourrions parler « d’élevage » tant ce savoir-faire semble délicat et long à acquérir.
Le lin est semé au début du printemps et sa culture dure environ 100 jours.

La plante atteint alors une hauteur de 1 m environ.
La floraison est courte et échelonnée : une fleur vit à peine quelques heures.
En juillet, le lin est arraché car les fibres commencent dès la base de la tige au niveau du sol.
Elles sont ensuite déposées au sol en andains (nappe de lin d’une largeur de 1 m).

lin3

Rouissage Teillage Tissage
En août, c’est le rouissage, phase naturelle car la pluie et le soleil favorisent l’action de micro-organismes
du sol.

Les substances qui soudent les fibres à la partie ligneuse de la tige sont éliminées.
Le teillage, processus mécanique, est l’action de séparer les fibres du reste de la tige. 

Les fibres obtenues se classent en deux catégories : fibre longue (le long brin ou Lin Teillé) et fibre courte (les étoupes).

lin4

Puis se sont les opérations de peignage et la filature, la transformation des fibres en fil, le filage... et pour finir le tissage.
Les plus beaux tissus de lin sont produits en Europe et se déclinent en sergé, chevron, prince de-galles, double tissage, velours,
gaze, satin..

lin 5

La maille fait actuellement sa révolution afin de réaliser des mailles de lin sensuelles et caressantes, souples
et élastiques.
En cette époque de développement durable et de protection de la biodiversité, il est agréable de préciser que la transformation de la plante en fibres respecte l’environnement : contrairement aux fibres artificielles, elle n’a besoin ni d’énergie ni de solvant pour la transformation en fibres.

Tout ce qui n’est pas fibres est valorisé directement ou entre dans la confection de matériaux composites utilisés dans des domaines aussi divers que l’éco-construction,l 'isolation,  l’industrie de l’automobile, les équipements de sport, la chirurgie et la santé, le nautisme

Sources :
● http://www.festivaldulin.org
● CELC MASTERS OF LINEN
15 rue du Louvre - BAT3A 4e étage
75001 PARIS
● Crédit photographique :
Wikipédia Commons, photo by Bouba.

Fil blanc  n°23  Juillet 2013